AOH

Chien de Service
La réglementation du Colorado sur la sécurité des aliments au détail n'autorise pas les animaux non aidants dans les restaurants et les épiceries. Seuls les animaux d'assistance sont autorisés. Un animal d'assistance est défini comme un animal tel qu'un chien-guide, un chien signaleur ou un autre animal entraîné individuellement pour fournir une assistance ou effectuer des tâches pour une personne handicapée. Le handicap peut être physique, sensoriel, psychiatrique, intellectuel ou autre handicap mental. Seuls les chiens peuvent être des animaux d'assistance. Un animal qui ne fournit qu'un soutien émotionnel, un réconfort, une thérapie ou une prévention du crime n'est pas considéré comme un animal d'assistance par l'Americans with Disabilities Act (ADA). Un animal d'assistance est un animal de travail; pas un animal de compagnie.

Voici des exemples de travaux ou de tâches qu'ils peuvent effectuer :

  • Aider les personnes aveugles ou ayant une basse vision à naviguer et à effectuer d'autres tâches.
  • Alerter les personnes sourdes ou malentendantes de la présence de personnes ou de sons.
  • Fournir une protection non violente ou un travail de sauvetage.
  • Tirer un fauteuil roulant.
  • Assister une personne lors d'une crise.
  • Alerter les individus de la présence d'allergènes.
  • Récupérer des objets tels que des médicaments ou le téléphone.
  • Fournir un soutien physique et une aide à l'équilibre et à la stabilité aux personnes à mobilité réduite.
  • Aider les personnes atteintes de troubles psychiatriques et neurologiques en prévenant ou en interrompant les comportements impulsifs ou destructeurs.

Que doivent faire les restaurants et les épiceries ?

Les gérants et le personnel des magasins doivent faire preuve de diligence pour exclure les animaux non aidants des établissements alimentaires. Les employés du magasin doivent être formés sur ce qui est requis, quels animaux sont autorisés, quelles questions peuvent et ne peuvent pas être posées pour évaluer si un animal est vraiment un animal d'assistance ou non, et comment exclure les animaux non d'assistance de l'établissement dans un manière professionnelle et commerciale. Le personnel n'a pas besoin d'interroger les personnes si le besoin de l'animal d'assistance est évident. Par exemple, lorsqu'un chien guide une personne aveugle ou tire le fauteuil roulant d'une personne.

Le personnel des restaurants et des épiceries est tenu de poser deux questions s'il ne sait pas si un chien est ou non un animal d'assistance. Ces questions sont :

  • Cet animal est-il requis en raison d'un handicap?
  • À quel travail ou tâche cet animal a-t-il été dressé ?

Les gestionnaires et le personnel ne peuvent pas poser de questions sur la nature ou l'étendue du handicap d'une personne ou exiger des documents, comme une preuve que l'animal a été certifié, dressé ou autorisé en tant qu'animal d'assistance, ou exiger que l'animal porte un gilet d'identification.

Le maître-animal est responsable des soins et de la surveillance de son animal d'assistance. Selon l'ADA, "Généralement, le chien doit rester au sol, ou la personne doit porter le chien. Par exemple, si une personne atteinte de diabète a un chien alerte au glucose, elle peut porter le chien dans un sac de poitrine afin qu'il soit près de son visage pour permettre au chien de sentir son haleine pour l'alerter d'un changement de taux de glucose. Si un animal d'assistance se comporte de façon inacceptable et que la personne handicapée ne contrôle pas l'animal, une entreprise a le droit de demander que le chien soit retiré. Une entreprise a également le droit de refuser l'accès à un chien qui perturbe son activité ou constitue une menace directe pour la santé et la sécurité d'autrui. Par exemple, si un chien d'assistance aboie à plusieurs reprises ou grogne après les clients, on pourrait lui demander de partir.

Les chiens d'assistance ne sont-ils pas tenus de porter une sorte d'identification ?

Non. L'ADA n'exige pas que les animaux d'assistance portent un gilet, une étiquette d'identification ou un harnais spécifique.

Mon chien est mon animal de soutien émotionnel. Puis-je l'amener à l'intérieur d'un restaurant ou d'une épicerie ?

Non. L'ADA considère que ces "animaux de soutien émotionnel" sont distincts des chiens d'assistance psychiatrique et les traite différemment. L'ADA n'accorde pas aux propriétaires de chiens de soutien émotionnel le même droit d'accès aux lieux publics qu'il accorde aux personnes qui utilisent des chiens d'assistance psychiatrique. La principale distinction à retenir est qu'un animal d'assistance psychiatrique est en fait formé pour effectuer certaines tâches qui sont directement liées au handicap psychiatrique d'un individu. Le rôle principal du chien n'est pas de fournir un soutien émotionnel. Il s'agit d'aider le propriétaire à accomplir des tâches vitales qu'il ne pourrait autrement pas effectuer de manière autonome. De plus, un chien d'assistance psychiatrique ne doit pas seulement répondre au besoin d'aide d'un propriétaire, le chien doit également être formé pour reconnaître le besoin d'aide en premier lieu. Un chien doit être capable de répondre à la fois et des tours reconnaître comme chien d'assistance.

En revanche, un chien de soutien émotionnel est un animal de compagnie qui n'est pas dressé pour accomplir des actes spécifiques directement liés au handicap psychiatrique d'un individu. Au lieu de cela, le propriétaire de l'animal tire simplement un sentiment de bien-être, de sécurité ou de calme de la compagnie et de la présence physique du chien.

Certains établissements alimentaires sont-ils autorisés à avoir des animaux non d'assistance ?

Oui. Certains restaurants et épiceries ont mis au point des pratiques et des procédures sanitaires et ont obtenu une dérogation à la réglementation interdisant les animaux non d'assistance dans leurs locaux. Les installations de fabrication d'aliments qui ne sont pas tenues de détenir une licence d'établissement de vente au détail d'aliments, comme certaines salles de dégustation de brasseries, sont autorisées à avoir des animaux non d'assistance dans les aires de repos des clients.

Est-il illégal pour des particuliers de dire que leur animal de compagnie est un animal d'assistance ?

Oui. En vertu de la loi HB16-1426 de l'État du Colorado, c'est un crime pour un individu de présenter sciemment un animal comme un animal d'assistance. Une personne qui viole cette loi et qui a déjà reçu un avertissement verbal ou écrit peut être accusée et peut être passible d'amendes allant de 50 $ à 500 $.

Pour plus d'informations sur les animaux d'assistance, visitez le Le site de l'ADA.